Quel système de sante au Maroc, à l’aune de la souveraineté nationale et de la généralisation de la couverture sociale ?

RAPPORT DE SYNTHESE DES JOURNEES DE REFLEXION PROSPECTIVE DE L'IRES SUR LE THEME : "QUEL SYSTEME DE SANTE AU MAROC, 
A L’AUNE DE LA SOUVERAINETE NATIONALE ET DE LA GENERALISATION DE LA COUVERTURE SOCIALE ?"
VERS UNE NOUVELLE TRAJECTOIRE SANITAIRE DU ROYAUME
 (Télécharger le rapport)

Santé au Maroc

L’ampleur des répercussions socioéconomiques de la pandémie de la COVID-19 incite à repenser en profondeur le système de santé national. A cet effet, plusieurs facteurs préfigurent le contexte sanitaire à venir. Le chantier de la généralisation de la protection sociale, qui prévoit d’élargir le champ de la couverture médicale à terme à plus de 22 millions de citoyens supplémentaires, en constitue un jalon essentiel.

La pandémie de la COVID-19 a fait resurgir à l’échelle planétaire le spectre des menaces sanitaires à caractère global. En effet, les probabilités d’apparition de crises sanitaires du fait d’évènements climatiques extrêmes et de maladies émergentes ne sont plus du domaine théorique. La pandémie qui sévit encore depuis 2019 le rappelle avec la force de l’évidence à toute l’humanité.

Au plus fort de la crise sanitaire (2019-2020), la coopération entre les nations a fait défaut, notamment, pour l’accès des pays du Sud aux traitements et aux vaccins produits dans les pays riches. Une situation aggravée par les pénuries et les ruptures constatées dans les chaînes d’approvisionnement en produits de santé. Une situation qui a marqué les esprits des populations probablement plus que les perturbations mondiales enregistrées dans les autres secteurs (industrie, agriculture, tourisme, …). Il n’est, donc, pas étonnant dans le contexte post-COVID-19 actuel de constater, à travers le monde, un retour aux valeurs prônant la souveraineté nationale, en particulier dans le domaine de la santé.

Au niveau national, cela a conduit à imaginer des solutions sanitaires endogènes. Dès le début de la pandémie, le Maroc a fait preuve d’anticipation grâce à la Clairvoyance Royale. Une mobilisation nationale sans précédent a été impulsée, sous le Leadership de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, pour renforcer le système de santé en capacités litières, en capacités de diagnostic, en production locale de médicaments et d’équipements médicaux. Une série de mesures destinées à protéger les populations contre l’épidémie a été entreprise.

La médecine militaire, dotée de hautes compétences en médecine d’urgence et de catastrophe, a également été sollicitée. Elle a fortement contribué à atténuer les impacts de la crise sanitaire, complétant la mobilisation du secteur public et privé pour renforcer les capacités de résilience du système de santé.

Dans ce contexte, des collaborations ont été initiées entre les acteurs de la recherche & développement, de l'industrie pharmaceutique, de l'industrie textile et des industries d’équipements (électronique, matériel médical…). Cette synergie a permis de mettre à la disposition des populations des moyens de protection locaux : masques, médicaments, matériel de réanimation, respirateurs artificiels, tests antigéniques, …Tous ces produits ont été fabriqués dans un élan de solidarité et d’intelligence économique pour répondre à l’urgence de la situation pandémique.

Les Orientations Royales réitérées dans les Discours Royaux, appelant à la refonte du système de santé national, invitent à anticiper sur les enjeux d’avenir pour opérer les changements nécessaires. A cette fin, il convient, en premier lieu, de tirer les enseignements de la crise sanitaire actuelle en tenant compte des nombreux enjeux structurants pour le système de santé à court, à moyen et à long terme.

La journée prospective organisée par l’IRES, le 20 avril 2022, destinée à faire éclore des idées nouvelles, a permis d’identifier parmi les sujets soulevés des pistes destinées à promouvoir une vision sociale et inclusive (accès équitable pour tous à une santé de qualité), articulée à une vision économique souveraine et durable du système de santé (durabilité économique et financière).

A cette occasion, des questions de fond ont été débattues telles que : les transitions épidémiologiques, la gouvernance du système de santé au regard des objectifs de généralisation de la protection sanitaire parallèlement aux problématiques liées au capital humain, au financement, à l’équité sociale, à la souveraineté sanitaire nationale, à l’innovation industrielle et technologique, …

L’examen de ces questions a permis de faire ressortir des propositions de réformes nécessaires à opérer dans le secteur de la santé. Ces propositions, qui ont été débattues et finalisées lors de la séance de brainstorming, tenue le 21 juin 2022, s’inspirent aussi bien des acquis nationaux, incluant la campagne de vaccination conduite au Maroc, que des expériences étrangères réussies (à l’instar du système de santé allemand, turc ou encore cubain). Les modèles sanitaires de ces pays permettent d'offrir une santé de qualité aux populations et, en même temps, s'érigent, dans le cadre d’une stratégie volontariste, en levier du développement économique et de l’excellence industrielle.