Institut Royal des Etudes Stratégiques
Glossaire

Glossaire : présente quelques notions, des plus usuelles, relavant du champ de la politique extérieure et de la diplomatie.

# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Il existe 17 noms dans ce répertoire qui commencent par la lettre P.
Pacte
Traité bi- ou multilatéral, ayant le plus souvent pour objet de préserver la paix, entre les Etats signataires.

leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 341 p.


Partenariat stratégique
Expression se référant à l’établissement d’une relation particulière entre deux Etats qui s’engagent à coopérer dans un certain nombre de domaines, sans pour autant constituer une alliance militaire.

Bruno Tertrais (2006). Dictionnaire des enjeux internationaux : L'actualité mondiale en 750 mots clés. Paris : Autrement, 254 p.


Persistent objector
Etat qui fait opposition à une coutume internationale, le plus souvent un Etat nouvellement indépendant. La qualité d’objecteur persistant que peut parfois revendiquer un Etat pour fonder sa demande d’inapplicabilité d’une coutume internationale à son égard n’est pas reconnu par le droit international.

Jean-Paul Pancracio (1998). Dictionnaire de la diplomatie. Micro Buss, 697 p.


Persona non grata
Expression latine indiquant que le représentant d’un Etat n’est plus agréé par l’Etat de résidence. L’Etat de résidence peut, à tout moment et sans avoir à motiver sa décision, informer l’Etat d’envoi que le chef de mission ou tout autre membre du personnel diplomatique n’est plus agréé sur son territoire. L’Etat d’envoi doit alors rappeler la personne en cause ou mettre fin à ses fonctions au sein de la mission. Si tel n’est pas le cas, l’Etat de résidence peut expulser la personne.

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Personnalité internationale (شخصية دولية)
Capacité d’être titulaire de droits et de devoirs internationaux.

Jean-Daniel Katz (2011). Dictionnaire juridique, politique, économique & financier anglais-américain-français. Paris : La Maison du Dictionnaire, 705 p.


Pleins pouvoirs (كتاب التفويض)
Document par lequel un Etat désigne une ou plusieurs personnes pour le représenter à la négociation ou l’adoption ou à l’authentification du texte d’un traité. (V. art. 2 de la Convention de Vienne sur le droit des traités de 1969).

Collectif (2005) .Dictionnaire de la science politique et des institutions politiques. Dalloz-Sirey, 404p.


Pluralisme politique
Système d'organisation qui reconnaît et accepte la diversité des courants d'opinion, de leurs représentants et des partis politiques. Il est l'un des fondements de la démocratie. Le pluralisme sous-entend la liberté d'opinion et d'expression ainsi que la reconnaissance des partis politiques. Il peut cependant aller au-delà du simple multipartisme selon le degré de liberté d'exercice de la politique qui est accordé aux partis et le rôle que leur confèrent les institutions. Le pluralisme politique s'oppose à l'autoritarisme, au monopartisme et au bipartisme.

David Alcaud ; Laurent Bouvet ; Jean-Gabriel Contamin (2010). Dictionnaire de sciences politiques. Dalloz-Sirey, 520 p.


Procédure diplomatique (مساطر دبلوماسية)
Modes de règlement pacifique des différends entre Etats, excluant le recours aux voies juridictionnelles et comprenant la négociation directe entre les parties, la médiation, la mission des bons offices et la commission ad hoc de conciliation.

Mokhtar Lakehal (2009). Dictionnaire de science politique : Les 1500 termes politiques et diplomatiques pour rédiger, comprendre et répondre au discours politique. L'Harmattan, 430 p.


Protection diplomatique (حماية دبلوماسية)
Intervention d’une mission diplomatique en vue d’assurer sur place, à l’étranger, la protection d’un national et qui implique une procédure d’engagement de la responsabilité d’un autre Etat, auquel est reproché le fait d’avoir enfreint une règle de droit international public à l’occasion d’un acte qui lèse le national de l’Etat requérant.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 341 p.


Protocole (تشريفات)
Ensemble des règles qui organisent les relations diplomatiques qui doivent être empreintes de courtoisie et de non-discrimination.

Mokhtar Lakehal (2009). Dictionnaire de science politique : Les 1500 termes politiques et diplomatiques pour rédiger, comprendre et répondre au discours politique. L'Harmattan, 430 p.


Protocole diplomatique (محضر دبلوماسي)
A la différence du protocole officiel régit entre les autorités d’un même pays, le protocole diplomatique régit le rapport des États et de leurs représentants dans des autorités étrangères.

Jérôme Belinga, Henri Eyebe yissi (2010). Glossaire raisonné anglais-français du jargon diplomatique. Paris : L'Harmattan, 339 p.


Protocole à un traité (محضر)
Amendement, texte de révision ou de complément d’une convention internationale dont la base subsiste. Cette formulation permet de ne pas confondre ce type de protocole avec des notions dans lesquelles ce terme est utilisé, mais dans un sens totalement différent.

Jean-Paul Pancracio (1998). Dictionnaire de la diplomatie. Micro Buss, 697 p.


Protocole d’accord (محضر الاتفاق)
Procès-verbal établi à l’issue d’une conférence ou d’un sommet diplomatique et précisant les points sur lesquels les participants sont parvenus à une entente, avant que ne soit élaboré le texte même de l’accord.

Jérôme Belinga, Henri Eyebe yissi (2010). Glossaire raisonné anglais-français du jargon diplomatique. Paris : L'Harmattan, 339 p.


Protocole de négociation (محضر التفاوض)
Procès-verbal établi à la fin de chaque séance dans le cadre d’une conférence diplomatique et spécifiant les points sur lesquels un accord s’est déjà dégagé entre les parties.

Carlos Calvo (2009). Dictionnaire manuel de diplomatie et de droit international public et privé. The Lawbook Exchang. 483 p.


Protocole de ratification (محضر المصادقة)
Instrument par lequel un Etat fait connaitre officiellement à l’Etat ou à l’organisation internationale dépositaire d’un traité qu’il a procédé effectivement à la ratification de celui-ci et qu’il est en conséquence, désormais, engagé par ses dispositions.

Jérôme Belinga, Henri Eyebe yissi (2010). Glossaire raisonné anglais-français du jargon diplomatique. Paris : L'Harmattan, 339 p.


Protocole de signature (محضر التوقيع)
Document et instrument de nature conventionnelle sur lequel sont apposées les signatures des hautes parties contractantes, celles des plénipotentiaires, à l’issue de la négociation d’une convention internationale.

Mokhtar Lakehal (2009). Dictionnaire de science politique : Les 1500 termes politiques et diplomatiques pour rédiger, comprendre et répondre au discours politique. L'Harmattan, 430 p.


Puissances émergentes
Les nouvelles émergentes puissances internationales se caractérisent par un revenu intermédiaire (supérieur aux pays les moins avancés, inférieur aux revenus des économies de l'OCDE), une ouverture économique au reste du monde, des transformations structurelles et institutionnelles de grande ampleur et un fort potentiel de croissance.
L’OCDE distingue une vingtaine d’économies émergentes dont les principales caractéristiques sont : une forte contribution à la croissance économique mondiale, une amélioration des conditions de vie de la population-qui se traduit par une hausse de certains indicateurs tels que le produit intérieur brut (PIB) par habitant ou l’indice de développement humain et une participation active aux échanges internationaux. Les économies émergentes sont appelées à exercer un rôle de premier plan dans les affaires internationales, de par leurs poids économique et démographique, mais aussi leur capacité militaire et leur influence diplomatique. Les économies émergentes recensées par l’OCDE sont : l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, la Hongrie, l’Inde l’Indonésie, l’Iran, la Malaisie, le Mexique, le Pérou, les Philippines, la Pologne, la république tchèque, la Thaïlande et la Turquie.

J. Vercueil, Les pays émergents. Brésil-Russie-Inde-Chine : mutations économiques et nouveaux défis, Paris : Bréal, 2010, 207 p.OCDE, 2010

Dernière mise à jour : 27-03-2019