Institut Royal des Etudes Stratégiques
Glossaire

Glossaire : présente quelques notions, des plus usuelles, relavant du champ de la politique extérieure et de la diplomatie.

# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Il existe 34 noms dans ce répertoire qui commencent par la lettre C.
Casus belli (مدعاة الحرب، سبب الحرب)
Acte ou événement susceptible de provoquer les hostilités ou la déclaration de guerre entre deux Etats.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Casus Foederis (مدعاة المعونة ، مدعاة الحلف)
Fait conduisant à la réalisation d’une alliance ou d’une entente entre Etats. Il fait généralement l’objet d’une clause d’un accord qui impose à un Etat de collaborer et appuyer un autre Etat, lors d’un conflit armé lorsque la circonstance visée par la clause en question se réalise.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Centres de prise de décision et d’influence
Des organisations, relativement autonomes, qui essaient d’influencer ou d’informer la politique grâce à des arguments intellectuels ou à des analyses plutôt que par du lobbying direct.

P. Lepetit, « Le rôle des centres de prise de décision et d’influence» in Problèmes économiques n°2912 du 6 décembre 2006, dossier « Experts et think tanks, quel modèle de conseil ? », 130 p.


Cercle diplomatique (سلك دبلوماسي)
Ensemble des chefs de mission diplomatique en poste, dans la capitale, qui se trouvent réunis à l’occasion d’une réception donnée à l’honneur d’un chef d’Etat étranger en visite officielle.

Collectif (2008). La diplomatie : Les dessous des relations entre Etats. Autrement, 71 p.


Cérémonial diplomatique (مراسم دبلوماسية)
Ensemble des règles et usages applicables dans les cérémonies officielles qui marquent la vie diplomatique : visite d’arrivée et de départs des agents diplomatiques, audiences du ministre et des directeurs, règles de préséances entre agents diplomatiques, honneurs au Corps diplomatique, honneurs funèbres, etc.

Jean-Paul Pancracio (1998). Dictionnaire de la diplomatie. Micro Buss, 697 p.


Cessation des hostilités (وقف القتال)
Suspension des actions militaires entre deux ou plusieurs belligérants.

Thierry Balzacq; Frédéric Ramel(2013). Traité de relations internationales. Presse de Sciences Po, 1228 p.


Clause de sauvegarde
Disposition d’un traité permettant aux Etats parties de limiter leurs obligations ou de s’en libérer provisoirement dans certains cas particuliers. Les clauses de sauvegarde sont fréquentes dans les traités économiques. Le recours aux clauses de sauvegarde permet de protéger certains intérêts supérieurs des Etats parties comme l’ordre public, la sécurité, la santé publique ou le patrimoine culturel national. En outre, il existe des clauses de sauvegarde quantitatives.

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Coalition (ائتلاف)
Entente conjoncturelle entre plusieurs puissances ou Etats contre un ennemi.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Communauté internationale ( المجتمع الدولي)
Elle désigne une collectivité supra-étatique, institutionnellement construite, attachée à la préservation de l’ordre en place. L’Organisation des Nations Unies (ONU) constitue, pour le moment, la seule incarnation d’une communauté aussi large que possible des Etats, liés ensemble par des principes et des procédures visant à les empêcher de se faire la guerre.

Guy Hermet, Bertrand Badie, Pierre Birnbaum (2005).Dictionnaire de la science politique et des institutions politiques. Dalloz-Sirey, 404p.


Compétitivité
Une économie compétitive est une économie qui présente une croissance élevée et soutenue de la productivité.

Ahmed Silem, Jean-Marie Albertin. (2012). Dictionnaire de l’économie. Dalloz, 850 p.


Complot (مؤامرة)
Action concertée, secrètement entre deux Etats ou un Etat et des opposants, qui vise le renversement du pouvoir en place ou l’instauration d’un climat d’instabilité dans un Etat donné.

Carlos Calvo (2009). Dictionnaire manuel de diplomatie et de droit international public et privé. The Lawbook Exchang. 483 p.


Concert des nations
cette notion désigne un type particulier de système international, disctinct de l’équilibre de la puissance comme de la sécurité collective, du gouvernement mondial, ou encore de la communauté de sécurité.

Collectif (2006). Dictionnaire des Relations Internationales. Dalloz, 572p


Conférence internationale (مؤتمر دولي)
Réunion diplomatique, à laquelle participent des représentants d’Etats, d’organisations internationales, inter-gouvernementales et parfois d’organisations internationales non gouvernementales pour traiter d’une question précise et établir un traité ou une déclaration finale manifestant l’accord des participants. La conférence, étant généralement ponctuelle, ne dispose pas e la personnalité juridique.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Conflit armé international (نزاع دولي مسلح)
Situation de guerre effective opposant une pluralité d’Etats. Le conflit armé international est le seul type de conflit au regard duquel les Nations-Unies sont susceptibles d’exercer leurs compétences en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Schnakenbourg Éric (2013). Entre la guerre et la paix, PUR, 3 75 p.


Conflit armé non international (نزاع مسلح غير دولي)
Qualification juridique de la guerre civile en droit international public. Conflit armé se déroulant à l’intérieur des frontières d’un Etat et opposant ses ressortissant.

Maie Gerardot (2012).Dictionnaire des conflits. Atlande, 350 p.


Conscience mondiale (وعي عالمي)
Perception internationale des questions qui affectent la communauté internationale : Les fléaux, la pollution, les injustices, les guerres…etc.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Conseil de Coopération du Golfe
Le Conseil de coopération des Etats du Golfe ou Conseil de Coopération du Golfe est une organisation aux buts essentiellement économiques et sociaux qui a été créée le 26 mai 1981. Elle rassemble l’Arabie saoudite, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, les Emirats arabes unis et le sultanat d’Oman.
Dans le contexte des révolutions arabes du début 2011, le CCG a proposé d'intégrer les royaumes du Maroc et de Jordanie avant de retirer sa proposition, préférant d'abord renforcer « la coordination, la coopération et le partenariat stratégique » avec les deux pays, notamment, par la création d'un « fonds du Golfe Persique pour le développement».

Secrétariat Général du Conseil de coopération du Golfe Persique (2011)


Conseil de sécurité (مجلس الأمن)
Organe exécutif de l'Organisation des Nations Unies (ONU). Il est défini comme ayant « la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale » et dispose pour cela de pouvoirs spécifiques tels que le maintien de la paix, l'établissement de sanctions internationales et l'intervention militaire.

Site officiel du conseil de sécurité de l’ONU


Consensus
Constatation qu’un accord a été trouvé sur une question précise. Dans l’enceinte des conférences et des organisations internationales, les décisions sont généralement prises selon la règle du consensus. On confond souvent le consensus et l’unanimité. A la différence de l’unanimité, l’acceptation d’une décision par consensus se fait sans vote.
Le consensus est simplement constaté si aucun des Etats ne déclare expressément son opposition. Cela permet à un Etat d’émettre des réserves sans s’opposer au consensus alors qu’en cas de scrutin formel il serait contraint de voter « non ».

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Contractant (متعاقد معه)
Chacun des Etats parties à un accord international ; Les cocontractants sont dénommées les « hautes parties contractantes ».

Nour Eddine Hali (2012). Trilingue de politique et transferts démocratiques actuels- Lexique Français –Anglais, 674 p.


Contrat international (عقد دولي)
Acte juridique conclu entre deux ou plusieurs acteurs internationaux.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Convention
Terme standard désignant les accords multilatéraux établis sous l’égide d’une organisation internationale dans le but de réglementer certains aspects du droit ou des relations internationales.

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Convention internationale (اتفاقية دولية)
Accord utilisé en droit international pour décrire des déclarations formelles de principes qui n'ont au départ pas de force obligatoire. Ces conventions doivent généralement être ratifiées par des États pour obtenir une force obligatoire et ainsi devenir de véritables traités internationaux.

Dario Battistella, Franck Petiteville (2012). Dictionnaire des Relations Internationales. Dalloz, 572p.


Conventions de Genève
A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, les Etats prennent conscience de la nécessité d’instituer des règles plus strictes en vue de protéger efficacement les personnes qui, en temps de guerre, ne participent pas ou ont cessé de participer aux combats : ce sont surtout les civils, les blessés, les malades, les naufragés et les prisonniers de guerre.
Les quatre Conventions de 1949 et leurs Protocoles additionnels de 1977 (protocole) constituent le cœur du droit international humanitaire. Des devoirs particuliers échoient à la Suisse en sa qualité d’Etat dépositaire des Conventions de Genève et de leurs Protocoles additionnels et d’Etat partie à ces derniers.

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Conventions de la Haye
Lors des deux conférences de la paix de 1899 et de 1907 à la Haye, plusieurs conventions visant à réglementer la conduite de la guerre ont été élaborées. L’usage d’armes causant des maux superflus est notamment interdit.

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Conventions de Vienne sur les relations diplomatiques et consulaires
Deux conventions fondamentales pour la diplomatie ont été signées à Vienne. Il s’agit de la Convention de 1961 sur les relations diplomatiques et de la Convention de 1963 sur les relations consulaires.

Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) de la Confédération Suisse (2008).ABC de la diplomatie. 40p.


Coopération (تعاون)
La coopération suppose l’action commune, conjointe ou coordonnée de partenaires indépendants, agissant chacun pour son compte mais associant leurs conduites de façon convenue pour la mise en œuvre d’opérations limitées. Elle se distingue de l’intégration qui tend à unifier les partenaires en les soumettant à des finalités communes et en faisant converger leurs comportements suivant des procédés qui peuvent être autoritaires.

Serge Sur (2011). Relations internationales. Montchrestien, 598 p.


Coopération institutionnelle
L’expression désigne la coopération entre Etats qui se développe par l’entremise d’institutions internationales spécialement créées à cet effet, à vocation permanente, ayant pour objet de les aider à entreprendre certaines activités définies. Là où la coopération classique apparaît insuffisante, trop aléatoire ou ponctuelle pour répondre efficacement à des besoins constants, les Etats ou quelques Etats seulement peuvent estimer utile d’établir un mécanisme institutionnel.

Serge Sur (2011). Relations internationales. Montchrestien, 598 p.


Coopération internationale
Une politique d’aide économique, financière, culturelle et technique, mise en œuvre à l'échelle internationale entre les pays industrialisés et les pays en développement.

Maurice Vaïsse, Chantal Morelle(2009). Dictionnaire des relations internationales de 1900 à nos jours. Paris : Armand Colin, 402 p.


Coopération Sud-Sud
La Coopération Sud-Sud est un cadre de travail de collaboration entre pays du Sud dans les domaines politique, économique, social, culturel, environnemental et technique. Engageant deux pays en développement ou plus, elle peut avoir lieu sur une base bilatérale, régionale, subrégionale ou interrégionale. Ces pays en développement partagent leurs connaissances, leurs compétences, leurs expertises et leurs ressources en vue d’atteindre leurs objectifs pour le développement au moyen d’efforts concertés.

Global Extension for Social Security (2013)


Corps consulaire (هيئة قنصلية)
Ensemble de consuls en poste dans une ville. L’expression ne s’emploie pas à l’échelle nationale car le Corps consulaire n’exerce pas d’activités à ce niveau et s’efface de toute façon derrière le Corps diplomatique.

Jean-Paul Pancracio (1998). Dictionnaire de la diplomatie. Micro Buss, 697 p.


Corps diplomatique (هيئة دبلوماسية)
Ensemble d’agents diplomatiques en poste dans une capitale. Au cours des cérémonies officielles, le corps diplomatique est d’abord représenté par le doyen du Corps diplomatique.

Carlos Calvo (2009). Dictionnaire manuel de diplomatie et de droit international public et privé. The Lawbook Exchang. 483 p.


Crise diplomatique (أزمة دبلوماسية)
Période de tension Internationale provoquée par un conflit d’intérêts entre deux ou plusieurs Etats.

Leila Messaoudi, Hubert Joly (2001). Dictionnaire de la diplomatie. Français-Arabe. OKAD, 372 p.


Cycles de puissances
La théorie des « cycles de puissances » constitue l’une des approches d’inspiration réaliste du système international et de l’impact de la configuration des rapports de puissance sur les chances de paix et les risques de guerre.

Collectif (2006). Dictionnaire des Relations Internationales. Dalloz, 572p

Dernière mise à jour : 27-03-2019