Institut Royal des Etudes Stratégiques
Compétitivité globale

Les études prospectives concernant le système mondial révèlent l’existence de grandes incertitudes sur la configuration du monde post-crise et dressent des scénarios très contrastés sur le nouveau paysage géopolitique en gestation. Néanmoins, la plupart des scénarios envisagés sont portés par deux tendances de fond : un déplacement sans précédent de la puissance économique de l’Ouest vers l’Est, présageant l’émergence de nouvelles puissances mondiales et une évolution vers un monde globalisé avec une influence accrue d’acteurs non-étatiques.

Le Maroc est d’autant concerné par ces transformations qu’il a fait de l’ouverture de son économie un choix stratégique. Depuis l’adhésion au GATT en 1987, l’ouverture de l’économie marocaine s’est poursuivie, à la faveur d’un processus graduel de libéralisation économique et commerciale, relayé par un maillage important d’accords de libre-échange et par une politique d’amélioration des composantes sectorielles de la compétitivité : infrastructures, transport, logistique...

En tenant compte des transformations structurelles à moyen et long terme, l’IRES a réalisé, à partir de 2009, le programme d’études "Compétitivité globale et positionnement du Maroc dans le système mondialisé" dans le but d’examiner l’état de la compétitivité du pays et de déterminer les forces et les faiblesses de son positionnement international. L’objectif poursuivi est, également, de proposer des orientations stratégiques, à même de permettre au Maroc de développer ses avantages compétitifs sur des bases pérennes et de sécuriser l’édification de son projet de développement.

L’originalité de ce programme d’études réside dans le fait que la problématique de la compétitivité est abordée selon une approche globale et multidimensionnelle qui va au-delà des déterminants économiques et financiers. L’approche retenue est aussi d’ordre structurel, puisqu’elle vise à appréhender les évolutions à moyen et long terme de la compétitivité globale du Maroc et ne se contente pas de faire une analyse conjoncturelle de la situation du pays.

Dix rapports thématiques, répartis en deux composantes majeures ont été finalisés par l'IRES.

La première composante, qui est relative aux déterminants structurels de la compétitivité, notamment le capital humain, la recherche scientifique et l’innovation, a concerné, également, l’analyse de l’option stratégique de l’économie verte, les répercussions de la crise dans la zone euro sur le Maroc et l'industrialisation comme levier de transformation du profil de spécialisation de l’économie marocaine.

La seconde composante a porté sur des études ayant trait à la dynamique des réformes, à savoir les incidences des réformes sur la compétitivité globale, la reprise de l’acquis communautaire dans le cadre du statut avancé du Maroc auprès de l’Union européenne et la cohérence d’ensemble des accords de libre-échange, conclus par le Maroc.

Un rapport stratégique de synthèse a été élaboré fin 2012, faisant ressortir la quintessence des conclusions des études thématiques, complétée par une analyse prospective des tendances lourdes du contexte national et international en vue de dégager les scénarios d’évolution du Maroc, en termes de compétitivité globale et de suggérer des orientations de politiques publiques, à même de renforcer les capacités compétitives du Royaume au niveau interne et externe.

Parmi les orientations stratégiques proposées, figurent l’élaboration d’une stratégie de compétitivité globale et intégrée du Maroc qui tient compte aussi bien des impératifs de développement du pays sur le plan interne que des exigences de son insertion réussie dans la mondialisation. Cette stratégie, dont la finalité première serait la création intensive d’emplois stables, pourrait s’articuler autour de deux axes majeurs :

  • Revoir le modèle de développement marocain et agir sur les déterminants structurels de la compétitivité.
  • Assurer un meilleur positionnement du Maroc dans la mondialisation.
Dernière mise à jour : 18-02-2016

Outre la réalisation des deux composantes du programme d’études sur la compétitivité globale, trois études complémentaires ont été menées à partir de 2014, intitulées “Comment faire du Maroc un hub régional dans le domaine de l’innovation et de la recherche scientifique”, “La transition énergétique du Maroc à l’aune de la géopolitique mondiale de l’énergie” et “Les comptes nationaux : Quelle évaluation de la richesse et des mutations structurelles de l’économie nationale ?”.

A fin 2015, le programme d’études “Compétitivité globale et positionnement du Maroc dans le système mondialisé” a mis à contribution 42 experts et chercheurs associés relevant d’horizons disciplinaires variés et complémentaires et a connu l’achèvement d’un rapport stratégique de synthèse et de 13 études thématiques dont les conclusions ont été discutées dans une quarantaine de séminaires, ayant réuni de hauts responsables d’institutions nationales, de députés parlementaires, de représentants des départements ministériels, d’experts universitaires, d’acteurs privés et ceux de la société civile.